Mounir Fatmi - Maroc-France

Musée National du Mali

MOUNIR FATMI
History Is Not Mine (2013), As a Black Man (2013 – 2014)

Avec l’humour et la véhémence qui caractérisent son travail, mounir fatmi interroge les icônes et les symboles du pouvoir, la manière dont ils façonnent l’écriture de l’histoire et ce qu’on en retient. La vidéo History is Not Mine relève de cette démarche, elle est une réponse à la censure de la projection publique de Technologia à Toulouse, France, dans le cadre de l’exposition History is mine ! Dans History is Not Mine, deux mains « tapent » à la machine avec deux marteaux. Renversant le geste simple et banal de taper sur un clavier, la vidéo questionne le caractère écrasant des récits historiques et la violence qui les sous-tend, ici rendus littéralement par le poids des marteaux frappant les touches et par la censure à l’origine de la création de l’œuvre.

Datant de la même année et s’inscrivant dans un projet plus large de fatmi intitulé Journey into Shame, la série photographique As a Black Man prend pour sujet l’auteur américain John Howard Griffin (1920 – 1980) et son livre de 1961, Black Like Me. Dans son livre, Griffin décrit ses expériences d’homme blanc qui décide, en 1959, de se noircir la peau, de se raser la tête, et de voyager pendant six semaines dans les états ségrégationnistes du sud des Etats- Unis. Les dix photographies de la série de fatmi As a Black Man sont encadrées par un Griffin « blanc » à gauche et un Griffin « noir » à droite, les huit photo- graphies intermédiaires devenant, selon le point de départ du spectateur, de plus en plus noires ou de plus en plus blanches. Premier plan et arrière-plan se confondant sur la surface plate et monochrome des photographies, ces images difficiles à lire soulèvent la question des endroits et des moments où la notion de race est, ou n’est pas, flexible. En utilisant ainsi la photographie, As a Black Man aborde frontalement le problème toujours brûlant de la longue utilisation de la représentation visuelle, et en particulier de la photographie, pour définir, propager et contester les constructions raciales, les représentations poli- tiques, et le sentiment d’appartenance.

Né en 1970 à Tanger, Maroc –
Vit à Paris et Tanger

Institut Français
Ministère de la Culture de l’Artisanat et du Tourisme du Mali
© RENCONTRES DE BAMAKO