TO THE FUTURE AND BACK

Mémorial Modibo Keïta

Commissaires / Curators : Bisi Silva & Yves Chatap

To the Future and Back ouvre de nouvelles perspectives pour penser l’avenir et ce qui suivra. Les explorations esthétiques des artistes de cette exposition trouvent une résonnance dans leur capacité à transfigurer certains problèmes contemporains. Les artistes ont imaginé des fictions qui questionnent les notions de territoire et interrogent les capacités de l’identité, incitant le public à réviser sa vision du futur.

Le film de l’artiste kenyan Wanuri Kahiu intitulé Pumzi (2009) est un projet de science-fiction d’une durée de 20 minutes. Il traite d’une Afrique futuriste et se déroule dans 35 ans, après la troisième guerre mondiale, un événement imaginaire catastrophique également connu sous le nom de « La Guerre de l’Eau » à cause de son impact dramatique sur les ressources naturelles. Les vidéos de Camille Turner The Final Frontier et Aliens in Toronto (2007) proviennent d’une série de performances pendant lesquelles l’artiste questionne l’absence de subjectivité noire dans les récits officiels et l’histoire du Canada. Inspiré à la fois par les origines extraterrestres des récits Dogons et de l’iconographie racialisée de « l’altérité » les projets de Turner réexaminent la présence historique de corps noirs au Canada d’un point de vue personnel et politique.

La série Pagan (2014) de Jim Chuchu réunissant des images à la composition formelle imagine le corps noir captivé par des entités spirituelles et des énergies célestes, offrant une narrative visuelle dans laquelle la forme corporelle évolue alors qu’elle se déplace à travers les galaxies ne faisant plus qu’un avec le cosmos. Le corps apparaît comme le point essentiel du travail de l’artiste belgo-béninois Fabrice Monteiro qui allie les techniques de la photographie de mode et du photojournalisme avec les esthétiques visuelles des traditions et des cosmologies culturelles de l’Afrique de l’ouest. Eclairée par la science et les sensibilités spirituelles, la série Prophecy (2015) de Monteiro est inspirée des esthétiques chargées des bals masqués d’Afrique de l’ouest représentant des personnages faisant face aux effets du changement climatique et à la dégradation de l’environnement.

Institut Français
Ministère de la Culture de l’Artisanat et du Tourisme du Mali
© RENCONTRES DE BAMAKO