Ismaïl Bahri (Tunisie/France)

Musée National du Mali

ISMAÏL BAHRI

Ismaïl Bahri manie un large éventail de supports tels que la vidéo, la photographie, le dessin et l’installation, afin d’expérimenter les mouvements, les procédés, et les techniques du cinéma et de la photographie. Dans son œuvre, Bahri interroge les qualités temporelles et physiques des images ainsi que leur capacité à contester ou à réinventer récits historiques et débats contemporains.

En fragmentant et restructurant des événements d’actualité quasi littéralement, chacune des courtes vidéos dans Film, silencieuses, révèle ce qui semble être un écran ou un fond noir, alors qu’il s’agit d’une étendue d’encre noire. Lentement et à priori naturellement, un morceau de journal triangulaire commence à se dérouler à partir du haut de l’écran. Se déplaçant ainsi vers le spectateur, ce copeau de papier flotte à la surface de l’encre, et se rétrécit à chaque tour. Alors qu’il se déploie, petits détails et mots deviennent brièvement visibles, tour à tour à l’envers ou à l’endroit, se reflétant dans l’encre. Ces « micro-événements », dénommés ainsi par l’artiste, s’enchaînent en continu : la barbe blanche d’un homme devient moustache ; les mains jointes d’une femme remplacent sa bouche hurlante ; une foule de visages de manifestants se succède. Avec ce simple dispositif—une spirale de journal serrée qui se déroule de façon désespérément lente sur une surface d’encre—Film rejette la constante et rapide diffusion de l’information si représentative de notre culture contemporaine. Ainsi, cette œuvre met également en scène les tensions entre les deux et trois dimensions, mais aussi celles entre science et magie qui ont longtemps animé les débats sur le cinéma et d’autres formes de médias de masse, à travers l’espace et le temps.

Né en 1978 à Tunis, Tunisie –
Vit entre Lyon, Paris et Tunis

Institut Français
Ministère de la Culture de l’Artisanat et du Tourisme du Mali
© RENCONTRES DE BAMAKO