« BY AND BY SOME TRACE REMAINS » DE KITSO L. LELLIOTT Apparitions…


La vidéo, présentée par la Botswanaise, vivant à Johannesburg, Kitso L. Lelliott, est l’une des meilleures présentées à l’occasion des Rencontres de Bamako. Cette vidéo peut se lire à différents degrés. Et même plus… Elle peut être sujette à plusieurs scénarios pour ceux qui aiment les histoires de fantôme.

« By and by some trace remains » est l’intitulé de la vidéo de Kitso L. Lelliott. Dans la présentation accompagnant la vidéo, on peut lire que l’artiste botswanaise est « souvent inspirée de ses travaux de recherche sur les sites historiques » et que, dans sa vidéo, elle met en scène « un bureau désaffecté au fin fond de Constitution Hill à Johannesburg, fouillant ainsi les empreintes du passé dans ses murs (…) Bien qu’aujourd’hui Constitution Hill fonctionne comme un centre patrimonial et juridique, le site était, jusqu’à récemment, surtout connu comme centre de détention pour les activistes politiques et criminels de droit commun qui avaient enfreint la loi coloniale ou le droit du régime apartheid (…) ».
Cependant, personnellement, nous avons regardé la vidéo comme si elle était un court métrage de fiction. Nous y avons vu des apparitions ; certaines appartenant au passé, d’autres au présent dans un espace réduit et un temps étalé. Nous y avons vu une réincarnation d’une femme en habit d’antan en une femme en habit d’aujourd’hui. Deux femmes qui, malgré la séparation due au temps, faisaient les mêmes gestes pour nettoyer, laver, blanchir le passé.
Ces deux femmes peuvent être apparentées : l’une ancêtre de l’autre, et l’autre ancêtre de l’une, s’acharnant dans les mêmes gestes.
Le temps de l’une passe comme le temps de l’autre tel dans un rituel de purification. Le fond sonore donne encore plus de mystère à l’affaire : des grattements intensifs, un balayage intempestif pour oublier. Un son qui donne des frissons.
Essaye-t-on de dépasser des passés peu glorieux ? Mystère… Quand on n’a pas de réponse, l’oubli fait partie de la thérapie.

Zouhour HARBAOUI (Tunisie)

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?


Ajoutez votre commentaire ici

  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Institut Français
Ministère de la Culture de l’Artisanat et du Tourisme du Mali
© RENCONTRES DE BAMAKO