Transporteur Officiel des Rencontres de Bamako

Programmation officielle


Les Journées professionnelles : du 30 novembre au 3 décembre 2019 De nombreuses expositions à Bamako, Mali

Directeur artistique : Bonaventure Soh Bejeng Ndikung
Equipe curatoriale : Aziza Harmel, Astrid Sokona Lepoultier, Kwasi Ohene Ayeh

Site : Musée National du Mali, Palais de la Culture - Amadou Hampate Ba, Mémorial Modibo Keita, Conservatoire des arts et métiers multimédias Balla Fasséké Kouyaté, Galerie Médina, Musée de la Femme - Mousso Kounda, Institut Français du Mali ainsi que dans les rues de Bamako.

Concept
Les Rencontres de Bamako, Biennale historique et de renommée internationale de la photographie et de l’art vidéo sur le continent africain, est fier d’annoncer les artistes qui contribueront à son édition célébrant son 25ème anniversaire. La Biennale se déroulera à Bamako, au Mali, du 30 novembre 2019 au 31 janvier 2020. Conçu par le directeur artistique Bonaventure Soh Bejeng Ndikung et une équipe de curateurs composée d’Aziza Harmel, d’Astrid Sokona Lepoultier et de Kwasi Ohene-Ayeh, avec les conseils artistiques Akinbode Akinbiyi et Seydou Camara ainsi que le scénographe Cheick Diallo, cette édition est une invitation à réfléchir à la pratique artistique de la photographie en tant que courant de conscience, ainsi qu’à envisager la photographie au-delà du corset du photographe ; L’instant capturé par la photographie émane d’un flot de pensées et d’associations reflétant la voix intérieure du photographe, qui est inévitablement et constamment en mouvement.

Intitulée Courants de conscience, en référence au morceau éponyme de 1977 de Max Roach et Abdullah Ibrahim, la Biennale emploiera de multiples interprétations sur la manière dont ces flux peuvent être utilisés comme outils photographiques. Des outils qui jettent un pont entre le continent africain et ses différentes diasporas, en plus de transmettre des cultures et des épistémologies. Après tout, l’Afrique a cessé d’être un concept limité à l’espace géographique appelé Afrique. L’Afrique en tant que concept planétaire concerne les peuples d’origine africaine, les I & I, répartis dans le monde entier, en Asie, en Océanie, en Europe, en Amérique et sur le continent africain.

L’exposition utilisera la notion de flux de conscience comme métaphore du flux d’idées, de peuples et de cultures qui traversent et longent des fleuves comme le Niger, le Congo, le Nil ou le Mississippi. Une attention particulière sera portée à l’éloignement et les matières invisibles, aux voix et images jusqu’alors effacées, ainsi qu’à la célébration de la politique et de la poétique des écosystèmes (in)animés. Le rôle des collectifs dans les pratiques photographiques africaines sera également mis en lumière, notamment la possibilité de raconter collectivement nos propres histoires à travers des images, en plaidant pour le fait que dans la société, nous ne sommes pas des individus, mais des entités divisibles qui forment ensemble un collectif plus vaste. Soucieuse de dépasser le cadre de la photographie en tant qu’expérience visuelle, cette Biennale abordera la textualité, la tangibilité, la performativité et surtout la sonorité de la photographie. Les propriétés sonores de la photographie sont envisagées comme des courants de conscience dans lesquels le photographique et le phonographique se croisent. Comment pouvons-nous comprendre le lyrisme du photographique dans cet espace de flux cognitif ? Le flux dans les flux de conscience est un spectre qui englobe le conscient et l’inconscient et forme un espace dans lequel les notions de conscience et d’inconscient s’effondrent.

Une exposition racontée en quatre vers

Environ 85 artistes de tout le continent africain et de la diaspora présenteront leurs projets artistiques.

La sélection artistique a donné lieu à quatre chapitres, chacun amenant le spectateur à son propre récit de courants de conscience. Les chapitres sont nommés d’après des vers tirés d’un poème figurant dans le prélude du Dilemme du fantôme, pièce de théâtre écrite par Ama Ata Aidoo.

Le bruissement soudain dans le sous-bois
Sur la présence de l’invisible, de la distance et d’autres questions fantomatiques

Car la bouche ne doit pas tout dire
Sur la politique et la poétique des écosystèmes

Nous sommes venus de gauche, nous sommes venus de droite
Sur les déplacements, l’errance et les diasporas

La brindille ne nous percera pas les yeux
Sur la possibilité d’espoir et l’avenir comme promesse

Artistes sélectionnés pour l’exposition panafricaine :

Ibrahim Ahmed (Egypte/USA), Nirveda Alleck (Île Maurice), Emmanuelle Andrianjafy (Madagascar), Roger Anis (Egypte), Yannick Anton (Canada), Afrane Akwasi Bediako (Ghana), Jean-Pierre Bekolo (Cameroun), Jodi Bieber (Afrique du sud), Milena Scherezade Carranza Valcárcel (Pérou), Cédrick-Isham (France), Nidhal Chamekh (Tunisie), Amsatou Diallo (Mali), Moustapha Diallo (Mali), Dickonet (Mali), Adji Dieye (Italie / Sénégal), Fakhri El Ghezal (Tunisie), Badr El Hammami (Maroc), Yagazie Emezi (Nigeria), Theo Eshetu (Ethiopie / Italie / Pays-Bas / Royaume-Uni), Fototala King Massassy (Mali), Abrie Fourie (Afrique du sud), Rahima Gambo (Nigeria), Eric Gyamfi (Ghana), Yasmine Hajji (France), Halima Haruna (Nigeria), Fanyana Hlabangane (Afrique du sud), Renée Holleman (Afrique du sud), Adama Jalloh (Royaume-Uni / Sierra Leone), Maxime Jean-Baptiste (France), Amina Ayman Kadous (Egypte), Mansour Ciss Kanakassy (Sénégal), Mouna Karray (Tunisie), Godelive Kabena Kasangati (République démocratique du Congo), Bouchra Khalili (France/Maroc), Nicène Kossentini (Tunisie), Kitso Lynn Lelliott (Botswana / Afrique du sud), Keli Safia Maksud (Kenya / Tanzanie), Harun Morrison & Helen Walker (Royaume-Uni), Santiago Mostyn (Suède/ Trinité-et-Tobago /Zimbabwe), Khalil Nemmaoui (Maroc), Yvon Ngassam (Cameroun), Antoine Ngolke-do’o (Cameroun), Christian Nyampeta (Pays-Bas / Rwanda), Abraham Oghobase (Nigeria), Adeola Olagunju (Nigeria), Léonard Pongo (Belgique), Nader Mohamed Saadallah (Egypte), Amadou Diadié Samassékou (Mali), Mara Sanchez Renero (Mexique), Ketaki Sheth (Inde), Buhlebezwe Siwani (Afrique du sud), Selasi Awusi Sosu (Ghana), Mohamed Thara (Maroc), Dustine Thierry (Curaçao / Pays-Bas), Bouba Touré (France/Mali), Hamdia Traoré (Mali), Andrew Tshabangu (Afrique du sud), Guy Woueté (Cameroun).

Collectifs

Association des Femmes Photographes du Mali (AFPM) (Mali), Collectif Orchestre vide (France), Collective 220 (Algérie), Iliso Labantu Photography Collective (Afrique du sud), Invisible Borders (Trans-Afrique), Kamoinge (USA/Pan-Africain), Kolektif 2 Dimansyon (K2D) (Haiti), MFON : Women Photographers of the African Diaspora (Pan-Africain), The Otholith Group (Ghana/Inde/Royaume-Uni).

Solid Rocks

Felicia Abban (Ghana), Akinbode Akinbiyi (Nigeria), Jihan El Tahri (Egypte), Armet Francis (Jamaïque), Liz Johnson Artur (Royaume-Uni), Deborah Willis (USA), Eustaquio Neves (Brésil).

Projets spéciaux

Do you hear me calling ? (installation vidéo par Theaster Gates, USA), Musow Ka Touma Sera (organisé par Fatima Bocoum, Mali), Dja Tigui : L’hote de Mon Ombre (organisé par Nakhana Diakite Prats, France/Sénégal), The Works of Tolu Odukoya 1945-2015 (organisé par Uche James Iroha, Nigeria), Legends of the Casbah (organisé par Riason Naidoo, Afrique du sud), À l’Est de Bamako (organisé par Françoise Huguier, France), Five Photographers : A tribute to David Goldblatt (organisé par John Fleetwood, Afrique du sud).

Programme public, programme de films et expositions complémentaires

Cette édition anniversaire des Rencontres de Bamako proposera un programme public riche, comprenant des conférences d’artistes, des performances et des événements discursifs. Fables of Time, le programme cinématographique de la Biennale prend en compte les histoires politiques et idéologiques et reconnaît l’ambivalence de l’image en mouvement ; c’est-à-dire pouvoir fonctionner au service de la poésie, du conformisme et de la politique. La Biennale sera également accompagnée par de grands lecteurs, avec des contributions de Bernard Akoi-Jackson, Viola Allo, Omar Berrada, Kwame Dawes, Chantal Edie, Christine Eyene, Kangsen Feka Wakai, Denise Ferreira Da Silva, Thulile Gamedze, Nacira Guénif-Souilamas, Maï-Do Hamisultane-Lahlou, Salah Hassan, Tsitsi Jaji, Seloua Louste Boulbina, Vladimir Lucien, Bongani Madondo, Sada Malumfashi, Olivier Marbeouf, Renée Mboya, Athi Mongezeleli Joja, Sorana Munsya, Simon Njami, Nontobeko Ntombela, Olu Oguibe, Emeka Okereke, Zoe Samudzi, kąrî’kạchä seid’ou, Safiya Sinclair et Stanley Wolukau- Wanambwa.

Plusieurs expositions thématiques viendront compléter le programme de la Biennale : une attention particulière est accordée aux pratiques collectives afin de traiter de la possibilité de créer des communautés complémentaires les unes aux autres. Un aperçu complet des expositions additionnelles sera annoncé bientôt.

Institut Français
Ministère de la Culture de l’Artisanat et du Tourisme du Mali
© RENCONTRES DE BAMAKO