Transporteur Officiel des Rencontres de Bamako

Annonce des lauréats de la 11e édition des rencontres de Bamako

Samuel Sidibé, Délégué général des Rencontres de Bamako, avec Stephan Kutniak, Directeur des échanges et de la coopération artistique de l’Institut français et Marie- Ann Yemsi, Commissaire, ont annoncé le lundi 4 décembre les lauréats des quatre prix de la 11ème édition des Rencontres de Bamako – Biennale africaine de la photographie.

Quatre de ces cinq prix ont été attribués par un jury composé de personnalités référentes de la scène artistique du continent :

  • Koyo Kouoh (Sénégal), Fondatrice et Directrice de Raw Material Company et Raw Material Academy ;
  • Ingrid Masondo (Afrique du Sud), Conservatrice Photographie et Nouveaux médias à l’Iziko South African National Gallery ;
  • Emeka Ogboh (Nigéria), Artiste et Co-fondateur du Video Art Network (VAN) ;
  • Moussa Ouane (Mali), Réalisateur, ancien Directeur Général du Centre National de cinématographie du Mali.

Prix Seydou Keïta, Grand prix des Rencontres de Bamako : Athi-Patra Ruga


Athi-Patra Ruga, Miss Azania, Exile is waiting, 2015

Attribué par le Ministère de la Culture du Mali, ce prix, d’une valeur de 5000 euros, est décerné à Athi-Patra Ruga dont le travail est présenté lors de de l’exposition panafricaine.
Né en 1984 a Umtata, Afrique du Sud. Il vit et travaille à Johannesbourg et au Cap, Afrique du Sud. Explorant les frontières entre la mode, la performance et l’art contemporain, Athi-Patra Ruga expose et subvertit le corps confronte aux structures, aux idéologies et à la politique. Artiste reconnu internationalement, il a notamment exposé à la Biennale internationale de Moscou pour les jeunes artistes (Russie), 2012, pour le pavillon sud-africain de la 55e Biennale de Venise, 2015 et à la fondation Louis Vuitton (Paris, France), 2017. Il a presenté sa dernière exposition monographique au Bass Museum of Art de Miami (Etats-Unis) en 2016. Il est representé par la galerie In Situ - Fabienne Leclerc, Paris (France) et WHATIFTHEWORLD/Gallery, Johannesbourg/Le Cap (Afrique du Sud).

Prix de l’Organisation Internationale de la Francophonie : Julien Creuzet


Julien Creuzet, Head-to-head, hidden head, Light, 2017

Attribué par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), ce prix d’une valeur de 3000 euros, est décerné à Julien Creuzet, en tant que jeune photographe francophone et pour son travail. Le lauréat sera également accompagné par l’OIF pour un projet spécifique de son choix.
Né en 1986 au Blanc-Mesnil (Ile-de-France), France. Il vit et travaille a Fontenay-sous- Bois (Ile-de-France), France. Julien Creuzet est diplômé de l’Ecole supérieure d’arts et médias de Caen/Cherbourg, du postdiplome de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Lyon, et du Fresnoy.
Artiste plasticien et poète, il explore les géographies et les héritages caribéens, à travers des installations constituées d’ensembles composites (agregats d’objets, photographies, vidéos). Son travail a été présenté dans de nombreuses expositions personnelles ou collectives, comme au Centre dramatique national de Caen (France), à la Kampala Art Biennale (Ouganda), en 2016 ; à la Biennale de Lyon (France) et dans le cadre du festival Hors Piste au Centre Pompidou (Paris, France) en 2017.

Prix Prix Léon l’Africain : Fethi Sahraoui


Fethi Sarahoui, B as Bouchentouf

Attribué par Royal Air Maroc, ce prix d’une valeur 2000 euros est décerné à un artiste émergent résidant sur le continent dont le travail illustre les questions sociales. Fethi Sahraoui reçoit ce prix.
Né en 1993 a Hassi R’mel, Algerie, où il vit et travaille. Photographe autodidacte, Fethi Sahraoui étudie la civilisation américaine à l’université de Mascara (Algerie). Travaillant uniquement à l’iPhone, il cherche à documenter son pays à travers des chroniques urbaines qui laissent une large place aux narrations intimes. Il fait également partie du collectif 220 qui interroge le statut de l’image documentaire. En 2017, son projet, ≪ Mercedes Island ≫, a reçu le prix de la Société des amis de l’Institut du monde arabe pour la création contemporaine arabe. Il participe également à l’exposition ≪ Iqbal ≫ au Musée d’art moderne d’Alger (Algerie), sous le commissariat de Bruno Boudjelal.

Prix de l’Institut français / Afrique en créations / Prix du Jury : Gabrielle Goliath


Gabrielle Goliath, Personal Accounts-Zipho , 2013

Attribué par l’Institut français, ce prix d’une valeur de 1500 euros est décerné à Gabrielle Goliath dont le travail est présenté dans le cadre de l’exposition panafricaine.
Née en 1983 à Kimberley, Afrique du Sud. Elle vit et travaille a Johannesbourg, Afrique du Sud. Gabrielle Goliath est une artiste pluridisciplinaire, diplômée de l’université d’art de Witwatersrand. Son travail pose un regard critique sur les préoccupations sociales de son pays et particulièrement sur les questions de genre et celles liées aux violences faites aux femmes. Elle a largement été exposée à l’international et representée dans les grandes biennales comme la biennale de Dakar (Sénégal) en 2012. Elle est lauréate de plusieurs prix. Son travail est présent dans de nombreuses collections publiques et privées comme celles de l’Iziko South African National Gallery, la Johannesburg Art Gallery et le Wits Art Museum. Elle est représentée par la Goodman Gallery, Johanesbourg/Le Cap (Afrique du Sud).

Prix Bakary Diallo : Moise Togo

Créé pour l’édition 2017 des Rencontres, ce prix permet à un étudiant du Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia de Bamako (CAMM) de suivre l’enseignement du Fresnoy-Studio national des arts contemporains pendant deux ans en bénéficiant d’une bourse d’étude. Le Fresnoy, l’Institut français, le service culturel de l’Ambassade de France au Mali et le Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia de Bamako se sont associés pour rendre hommage à Bakary Diallo, ancien étudiant du CAMM et du Fresnoy de 2010 à 2012, brutalement décédé en 2014.
Moïse Togo, étudiant au Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia de Bamako reçoit ce prix.

Membres du jury du Prix Bakary Diallo :

  • Samuel Sidibé, Délégué général des Rencontres de Bamako,
  • Rébecca Lamarche- Vadel, membre du comité curatorial des Rencontres 2017, Alain Fleischer, Directeur du Fresnoy,
  • un représentant du CAMM et un représentant de l’Institut français du Mali

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?


Ajoutez votre commentaire ici

  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Institut Français
Ministère de la Culture de l’Artisanat et du Tourisme du Mali
© RENCONTRES DE BAMAKO